Menacée, blacklistée, sous financée, ses travaux invibilisés… la Maison des Femmes Thérèse Clerc de Montreuil dénonce !

Posted by

Avant-propos : « Aujourd’hui, le traitement des violences masculines faites aux femmes est fait par l’Etat, dans un modèle de société où la relation dominants/dominées reste le socle économique et politique de la puissance patriarcale. »

Depuis toujours, les féministes dénoncent les violences patriarcales, les combattent par une expertise terrain, des recherches et diagnostics, des propositions concrètes, une Loi-Cadre. Elles inventent des stratégies pour se libérer, tout en faisant bouger les lignes.
Seule une infime partie de leurs travaux est utilisée mais à demi-mesure et sans projet de changement de société.
Nous, féministes ne pouvons accepter de voir piller et détourner nos pratiques féministes pour se cantonner au « care » ou au social qui infantilisent les femmes, les culpabilisent encore et toujours. Le tout à bas prix… !

Il est plus facile hélas, de se préoccuper des féminicides, bien sûr inacceptables, mais aussi plus petit chiffre des statistiques/violences, que des multiples violences sexistes et sexuelles, au travail et institutionnelles. Ce sont les prémices des meurtres et des destructions des femmes pour les garder soumises aux lois du patriarcat et du libéralisme.

L’État, ses institutions, la plupart de ses représentant.es, et nombre de collectivités ne font que cadrer et communiquer, à leur convenance des chiffres et autres données bien loin des réalités et besoins.
Les dépenses de l’Etat pour constater, observer, mobiliser et communiquer, ne sont nulle part évalués, ni analysés, ni remis en cause, et le compte n’y est pas.

  • Depuis des années, la MdF-TC, et ses représentants diffusent annuellement bilans, études de cas, diagnostics et recherches-actions efficaces et modélisables à l’ensemble des décideurs.
    Résultats : ses travaux sont pillés, systématiquement « empruntés » mais de façon parcellaire et, de fait, vidés de leur sens.
  • Depuis des années, la Maison des Femmes TC à Montreuil accueille les femmes, les accompagne dans leurs parcours semés d’embuches institutionnelles pour sortir des violences qu’elles subissent- chiffres 2018 : 1304 femmes accueillies.
  • ​Depuis des années nous, les féministes,  attendons autre chose que des mesures à la marge, ou de la communication !
Et qu’avons-nous ?

– Un Grenelle sur des sujets parfaitement connus par les professionnel.les spécialisé.es qui ne fait que générer du découragement, parfois jusqu’au burnout, au regard des maigres solutions proposées, des mêmes mots et mêmes chiffres en boucle.
– Des mises en concurrences d’associations et compétences, des financements opaques et ponctuels, toujours à court terme.
– Des satisfécit sur quelques bonnes pratiques, mais pas d’analyses pertinentes des très nombreux dysfonctionnements d’accès aux droits pour les femmes sur tout le territoire.
– Le problème de fond n’est jamais abordé : la nécessité de changements profonds en s’attaquant aux privilèges et prérogatives d’une moitié de la société sur l’autre et de la soumission de celle-ci par toutes les violences, physiques, psychologiques, économiques.
N’aurons-nous qu’une société construite sur le concept de victimisation dans un modèle de dominants / dominées ?

RENDEZ-VOUS SAMEDI 23 NOVEMBRE 12H15 DEVANT LA MAIRIE DE MONTREUIL POUR UN DEPART COLLECTIF VERS LA MANIF NOUSTOUTES, CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES!