Qu’est-ce que le devoir conjugal ?

Posted by

Credit image : Ultraviolence – Lana Del Rey

Pour répondre à cette question, il faut tout d’abord s’intéresser à la définition même du devoir conjugal : c’est le principe selon lequel un mariage est valide uniquement si des relations sexuelles existent entre les époux.

Ce principe est hérité de l’Église catholique qui associe le mariage et la reproduction. Pour faire simple, en droit canonique, on n’est pas vraiment marié·e·s si on n’a jamais eu de rapports sexuels avec son ou sa partenaire. Le droit canonique va même plus loin en indiquant que les époux·ses doivent avoir des rapports sexuels au moins deux fois par semaine. Et toujours partager le même lit. Cependant le droit canonique ne fait plus loi ni au pénal ni au civil. Ou tout au moins ne devrait plus depuis 1810.

Quelle est son importance aujourd’hui ?

Aujourd’hui encore, le devoir conjugal est souvent présent dans le couple. Il est mal vu de faire chambre à part. Et la diminution de la libido est vécue comme une inquiétude. Ce principe régit la vie de couples mariés par définition, mais impacte aussi les couples qui ne sont pas mariés. L’idée du devoir conjugal est bien ancrée dans la société. Et les juges n’y échappent pas, même s’iels doivent suivre le Code civil et pénal à la lettre. Le récent dérapage d’un magistrat de Nanterre le prouve. Dans une affaire de violence conjugale, le juge a mentionné que la victime tenait une part de responsabilité dans les violences qu’elle a subi, puisqu’elle avait récemment décidé de faire chambre à part avec son mari violent. Une affaire qui a suscité beaucoup de réactions dont celle de l’humoriste Tristan Lopin :

Le devoir conjugal c’est « devoir » des actes de nature sexuelle à l’autre. Pour éviter qu’iel nous quitte, on se force. Si on ne fait pas d’effort on risque d’être attaqué en justice dans une procédure de divorce pour faute grave et de devoir verser des dommages et intérêts. On peut penser qu’il s’agit d’exceptions et d’un principe tombé en désuétude ? Rien n’est moins sûr. Un problème préoccupant quand on connait les chiffres de violences psychologiques, physiques et sexuelles au sein des couples…

Voici un film qui montre la réalité d’un couple sur huit. Le devoir conjugal c’est aussi ça : des violences psychologiques graves. On peut tout se permettre à l’égard de saon partenaire :

Aucun article du Code civil ne précise expressément que, dans le cadre du mariage, les relations sexuelles sont obligatoires. Le devoir conjugal n’est pas inscrit dans la loi et il n’y a aucune obligation explicite d’entretenir des relations sexuelles entre conjoint·e·s.

Cependant larticle 215 du Code civil indique que : « Les époux s’obligent mutuellement à une communauté de vie ». Invoquant ce principe de la communauté de vie imposée, des agresseurs utilisent la loi pour justifier leur comportement violent et surtout le viol conjugal. Le viol conjugal n’est reconnu et puni par la loi que depuis 1992, mais il continue à se produire dans l’intimité des couples, sans témoin et sans preuve, ce qui rend la pénalisation très difficile. Nous dénonçons cette réalité très grave qui frappe de nombreuses femmes en France. Nous en voyons chaque semaine pousser les portes de notre association pour demander de l’aide afin d’être entendues.

Pour aller plus loin :